Fuji X-T1 et photographie de concerts

J’ai eu l’occasion de tester le Fuji X-T1 en photographie de voyage et c’est à cette occasion qu’il a gagné sa place dans mon sac photo. La photo de voyage, enfin de vacances, c’est bien mais c’est pépère, on a le temps de réfléchir à sa photo et on peut se permettre d’en rater.

Il fallait que je le teste dans des conditions bien plus difficiles : un festival.

C’est au Festival des Solidarités à Namur(BE) que j’ai emmené mon couple Fuji X-T1 et Fujinon 35mm f/1.4. Il me semblait être le parfait compromis pour prendre des instantanés des spectateurs en toute discrétion et pourquoi pas pour les concerts eux-même. En effet le 35mm (équiv. 50mm en full frame) ouvrant à f/1.4 est tout à fait utilisable et permet de capturer des plans plus larges.
L’idée est de laisser le 70-200mm f/2.8 sur mon DSLR et éviter de changer trop souvent d’objectif dans une ambiance propice à l’aspiration de poussières par le capteur.

xt1c1

Je commence par ce que j’ai aimé. Je ne vais pas être original mais j’ai apprécié la discrétion du couple X-T1+35mm.

J’aime bien agrémenter mes longues journées dans les festivals en photographiant les gens. Avec un gros DSLR et une grosse optique f/2.8 on passe rarement inaperçu et on attire le regard voir les ringards qui viennent pavoiser devant vous.

Ce n’est pas ce que je cherche car parfois le spectacle est dans le public. Comme ce monsieur lors du concert d’Hubert-Felix Thiéfaine, les yeux embués, perdus dans sa nostalgie. Le Fuji placé à la poitrine, visée avec l’EVF en toute discrétion.

xt1c2

Le Fuji m’a également permis de capter quelques jolis portraits de fans. C’est facile, les gens sont là pour faire la fête et se laisse faire. Encore une fois l’aspect du Fuji X-T1 inspire confiance, les gens ne sont pas intimidés et c’est un avantage pour capter un portrait naturel.

xt1c3

Du côté des photos des concerts proprement dites, j’ai bien sûr été limité par le 35mm qui est une focale trop courte pour photographier des portraits ou des gros plans. J’ai cependant réussi à l’utiliser soit pour des plans un peu plus large ou quand l’artiste joue le jeu et s’approche un peu plus des photographes.

Je n’ai pas changé d’avis au sujet du Fujinon 35mm f/1.4, la qualité des images produites est parfaite. Les photos sont nettes dès la pleine ouverture et produisant un bokeh très esthétique, pas trop nerveux.

L’AF du Fuji a fait du bon boulot dans la version 4.0 du firmware. J’ai travaillé en AF sélectif, en choisissant moi-même le collimateur. L’étendue de la zone de sélection est très pratique car elle évite de devoir recourir à la technique de mise au point+décentrage ce qui fait gagner un temps précieux.

L’AF du Fujinon 35mm f/1.4 n’est pas très rapide mais il est fiable. Il a beaucoup mieux fonctionné que lors de mes premiers tests. Il faut croire que je maîtrise mieux l’ensemble maintenant.

xt1c4

Je n’ai pas de reproche technique majeur à faire au sujet du X-T1 mais je ne suis pas complètement convaincu. Les concerts que j’ai photographiés étaient soit en journée ou fin de journée, ensoleillée, ou très bien éclairé le soir. Je n’ai jamais eu à monter plus haut que 400ISO tout en gardant des vitesse d’obturation confortable de l’ordre du 1/250 voir même 1/1000. J’ai aussi privilégié les grandes ouvertures, même en pleine journée afin d’estomper dans le bokeh les montages métalliques disgracieux.

xt1c5

Je le répète, les photos sont nettes et piquées, le bruit est absent (à 400 ISO je le rappelle).

En revanche, du côté de la balance des blancs, le Fuji a parfois eu un peu de mal et a produit des photos légèrement froides. Il faut dire que les conditions lumineuses étaient un savant mélange de températures chaudes et froides parfois agrémentées d’un rayon de soleil. Tout ceci est très perturbant pour la mesure.

Rien de grave, tout est corrigible en post-production mais, la mesure me semble être moins régulière que celle de mon DSLR.

xt1c6

Le second point négatif est le viseur. Je vais me prendre une volée de bois vert donc je vais préciser mon point de vue.

J’adore la visée de mon X-T1 sur des sujets comme les portraits, la photo de rue, les paysages, le reportage. Ce viseur est clair, rapide et indique clairement toutes les indications qui me sont nécessaires. Je ne remets pas en cause sa qualité, loin de là, j’ai acheté ce mirror less pour son viseur.

Mais, en concert, où en une fraction de seconde vous passez d’un éclairage intense à une scène plus sombre ou encore des rangées de spots en pleine poire,… je n’ai pas trouvé le même confort qu’avec un viseur optique. C’est subjectif et peut-être dû à un manque d’habitude, mais j’ai vraiment eu du mal à me concentrer sur le cadrage.

Au final, le Fuji X-T1 et le 35mm f/1.4 m’ont permis de ramener de belles images du public des concerts, c’est le principal.

Ce sont des images exploitables professionnellement et elles sont d’ailleurs sur les serveurs de mon agence. Qualitativement, il est impossible de différencier les photos prises au DSLR de celles du Fuji. En revanche, le rendu Fuji fait encore des merveilles et je retrouve le modelé de type « argentique » que j’apprécie beaucoup.

Le Fuji va rester dans mon sac pour les concerts, pour les spectacles plus intimistes où la discrétion est obligatoire et pour prendre des instantanés du public.

J’ai aimé :

– discrétion

– qualité d’image (rendu et piqué)

– AF performant

– le rendu du Fujinon 35mm f/1.4, son piqué et son bokeh

J’ai moins aimé :

– le viseur en condition de prise de vues de concerts

– balance des blancs qui se laisse piéger