Fujinon XF 35mm f/1.4R

Quand vient le choix d’une première focale fixe, je ne me pose pas trop de questions : un 50mm et donc son équivalent 35mm en APS-C de la gamme Fuji. Un 50mm c’est la base.

xf35-3

Je ne suis pas le premier à donner mon avis sur cette lentille plutôt « ancienne » dans la gamme Fuji. Encore une fois rien de scientifique, je n’ai pas la prétention de réaliser le test ultime et je n’ai pas la science infuse,… simplement quelques impressions.

50mm, c’est pour moi la focale parfaite, je ne dois plus réfléchir quand je porte l’œil au viseur, je sais ce que je vais y voir, sans déformation et sans effet de perspective prononcé.

D’autres préfèrent le 35mm ou le 24mm. J’aime aussi le grand angle mais si je ne dois prendre qu’une seule optique c’est un 35mm (équiv. 50mm) que j’emporte.

J’ai donc logiquement choisi d’acheter le Fujinon XF 35mm f/1.4 R. C’est lui qui sera vissé la plupart du temps sur mon Fuji X-T1.

A l’ouverture de la boîte, je fais le tour du propriétaire. Fuji sait emballer sa marchandise, l’optique est bien présentée dans un bel écrin noir délicatement refermé par un aimant. Ca respire déjà le sérieux.

La première prise en main rassure. Il est léger (moins de 200gr en ordre de marche) mais inspire confiance par sa construction métallique. Il est compact et tient bien en main.

Le Fujinon XF 35mm f/1.4 R est livré avec un pare-soleil en métal assez particulier puisqu’il est de forme rectangulaire. Je suis certain que ça ne plait pas à tous, personnellement je trouve ça beau et discret.

L’inconvénient avec ce type de pare-soleil c’est que ça complique l’accès à un filtre polarisant qui serait vissé sur l’optique.

Une fois monté sur le X-T1, il faut bien admettre que ce Fujinon 35mm est beau et s’intègre parfaitement à l’esthétique du boîtier. Un détail pour certains mais j’aime bien travailler avec de beaux objets.

La mise au point n’est pas mécanique. Quand l’objectif n’est pas attaché à un boîtier, vous avez beau tourner la bague de mise au point, rien ne se passe. Je ne connais pas la fiabilité de cette technologie mais connaissant le savoir-faire de Fuji en matière d’optique je ne me fais pas trop de soucis.

L’objectif est livré avec deux bouchons : le premier qui se fixe directement sur l’optique (normal quoi) et le second qui permet de protéger l’objectif quand le pare-soleil rectangulaire est monté. Logique vu que vous n’avez plus accès à l’objectif quand ce pare-soleil est monté. Ce second bouchon est en matière souple et ne tient pas fermement sur le pare-soleil. C’est certain, je vais le perdre assez rapidement.

Le diaphragme se règle sur l’optique à l’aide d’une bague sur laquelle les ouvertures habituelles sont inscrites et paramétrables par 1/3 de valeurs.

J’ai oublié où j’avais lu cet argument, mais cette méthode est plus logique qu’une molette. Le réglage du diaphragme est un réglage de l’objectif et pas du boîtier. La bague est normalement crantée, sans point dur mais pas trop mollement non plus. A voir avec le temps, c’est un point d’usure.

Le bruit de l’AF est surprenant. On est loin du zonzonnement des optiques AF des années ’90 mais, on entend quand même bien le mécanisme qui se met en marche. C’est étonnant surtout comparé au silence de fonctionnement du kit lens Fujinon 18-55mm f/2.8-4.

xf35-5

J’avais lu tout l’internet à ce sujet et je connaissais le phénomène. Ce n’est pas bien grave et n’a absolument aucune conséquence sur la qualité des photos.

Du côté de la vitesse de mise au point, je peux comparer avec le Nikon 50mm AF-S f/1.4G qui fait partie de mes optiques préférées dans la gamme Nikkor. Encore une fois rien de scientifique, juste mon sentiment après quelques courtes balades en rues. Le Nikon est plus rapide, sans hésitation. En AF continu sur le X-T1 (firmware 4.0) le Fuji a tendance à chercher un peu, rien de bien handicapant mais on ressent bien la légère hésitation. En AF sélectif, qui est mon choix de prédilection, pas de problème, c’est direct et il ne chasse pas.

Le piqué de ce Fujinon 35mm est superbe ! Toujours comparé au Nikon que je connais bien, il est meilleur et de loin. Dès f/1.4 le centre de l’image est net. Quel bonheur pour le portrait ! Là encore Fuji montre son savoir-faire en matière d’optiques.

Ce genre d’objectif s’apprécie pour la qualité de son piqué mais aussi par la qualité du flou. Le Bokeh est très doux, beaucoup moins « nerveux » que celui du Nikon 50 AF-S f/1.4G. La transition est bonne, pas d’aberration chromatique (certainement parfaitement corrigée en interne par le boitier). L’impression de 3D est bien présente.

xf35-4

L’inconvénient, c’est que cette grande ouverture est difficile à atteindre avec le X-T1 et son obturateur mécanique limité au 1/4000. Je sais, avec le dernier firmware, je peux monter facilement au 1/8000 et au-delà mais je redoute le phénomène de rolling shutter dont je ne maîtrise pas encore les éléments qui le provoque. Du coup j’avais vissé un polarisant, suffisant en cette matinée ensoleillée, l’achat d’un filtre gris neutre n’est pas superflue.

Encore une belle réussite de Fuji qui va m’accompagner dans les rues et dont je vais abuser en portraits.

J’ai aimé

– la qualité de construction

– le poids et l’encombrement

– le piqué et le bokeh

J’ai moins aimé

– l’AF qui chasse un peu en AF continu

– le bouchon du pare-soleil cheap et facile à perdre

One thought on “Fujinon XF 35mm f/1.4R

Laisser un commentaire