Test – Fujinon XF 55-200mm f/3.5-4.8 R LM OIS

Prise en main du Fujinon XF 55-200mm f/3.5-4.8 R LM OIS

Pour mon travail de photographe de concerts, mon couteau suisse est le Sigma 70-200mm f/2.8 stabilisé Nikon 70-200mm f/2.8 VR1. En effet, coincé dans le front stage à quelques mètres des artistes ce zoom est un outil indispensable pour obtenir de beaux portraits et sa grande ouverture permet de travailler dans des conditions lumineuses difficiles.

En revanche, il pèse près de 1,5kg. Ce poids ne m’a jamais gêné en concerts ou en reportages. Mais, pour la balade, je rechigne de plus en plus à l’emporter. C’est d’ailleurs pour cette raison, le poids, que je me suis décidé à m’équiper en hybride Fuji.

Chez Fujinon, la gamme des zooms télé-objectifs se composent actuellement de trois tromblons le XC 50-230mm, le XF 55-200mm et le XF 50-140mm f/2.8.

J’ai rapidement abandonné le XC 50-230mm, sa prise en main ne m’a pas convaincue, trop grand et matériaux peu flatteurs, bref, il ne m’inspirait pas confiance.

Habitué au 70-200mm en full frame, je me suis penché sur le XF 50-140mm f/2.8 offrant approximativement la même amplitude de zoom. Magnifique optique, prise en main très semblable à un 70-200 « classique » mais là c’est son poids qui m’a fait reculer. Encombrement, poids de 1kg, il se rapproche des cousins FX. Bref, on s’éloigne de ma démarche initiale de diminution de la charge de mon sac photo.

Très logiquement je me suis rabattu sur le XF 55-200 f/3.5-4.8 LM OIS. Avec son encombrement raisonnable (118mm x 75mm, replié ! ) et son poids très contenu de 580gr, c’est le candidat idéal.

X-T1 – 55-200mm @ 90mm – f/3.6 – 1/950 – ISO200

 

Prise en main

D’aspect extérieur très sérieux, le XF 55-200mm est construit en matériaux composites pour l’extérieur, la monture et le fut sont en métal. Encore une fois, ça respire le solide.

L’objectif est bien équilibré quelle que soit la position du zoom. Il faut savoir qu’en position 200mm l’objectif est très long et pourrait déséquilibrer la prise en main du couple boitier/objectif. Heureusement, l’objectif est relativement épais et permet une excellente prise en main (et j’ai de très grandes mains 😉 ), pas de problème de se côté là, c’est stable et bien bloqué dans la main.

La bague du zoom en caoutchouc offre une bonne préhension, ça ne glisse pas et la résistance bien calculé de l’ensemble donne ici aussi une bonne sensation de qualité. En revanche après quelques mois d’utilisation elle commence déjà à s’user, les stries s’effacent et la bague devient lisse. Je change régulièrement mes bagues sur mes optiques Nikon, je suppose que l’opération est réalisable tout aussi facilement sur cette optique.

J’ai lu des tests où le rédacteur se plaignait de la rigidité de la bague de zoom. A mes yeux, ce n’est pas un défaut mais une qualité : le réglage fin est plus facile et le zoom ne va pas s’allonger tout seul lors du transport à l’épaule. Ce dernier point est à revoir dans quelques mois, mais j’ai le sentiment que cette bague est faite pour durer.

La course du zoom est presque parfaite, il manque un petit chouia pour faire le 55 à 200mm en un tournemain, je dois parfois m’y reprendre en deux fois. Je m’y prends peut-être mal ou bien je manque de souplesse mais bon, c’est parfois gênant quand on doit aller vite. Ce petit quart de seconde perdu est perturbant quand on suit une scène à travers le viseur, le mouvement de la main sur le zoom fait perdre le cadrage, surtout quand on arrive à 200mm.

La bague de diaphragme n’est pas numérotée. C’est mesquin. On s’y fait, mais c’est mesquin Fuji. Elle est cependant de bonne construction, meilleure que celle de mon 14mm f/2.8, plus rigide.

 

X-T1 – 55-200mm @ 70mm – f/3.6 – 2.5sec – ISO200

 

Qualité d’image

C’est son point fort. J’ai pris une grande claque quand j’ai vu les premiers résultats. Honnêtement, avec son range 55-200mm et l’ouverture « limitée », je m’attendais à des résultats moyens dans le genre des optiques de kit bon marchés de chez Nikon ou Canon (ces optiques « toutenplastok », de la monture aux vis de montage…). Et bien non, les résultats sont semblables à ce que j’obtiens avec mon Nikkor 2.8/70-200mm.

Les images sont piquées, contrastées et comme chaque fois chez Fuji respectent parfaitement les couleurs naturelles. Il ne lui manque que l’ouverture de 2.8 pour rejoindre la cours des grands. Mais au final pour les sujets que je photographie avec lui, ce n’est qu’un détail. Il fait le job à la perfection. L’ouverture à 2.8 me permettrait certainement de diminuer la profondeur de champ mais bon à 200mm, f/4.8 ça permet déjà de bien isoler son sujet. La qualité du bokeh est bonne, mais fort logiquement, sans atteindre les résultats crémeux d’un f/2.8.

La stabilisation fait très bien son travail et aide certainement à obtenir ces bons résultats en matière de piqué. Je suis de l’ancienne école et je reste toujours dans les vitesse d’obturation dites « de sécurité » mais parfois je n’ai pas le choix et je sais que je peux alors faire confiance à cet OIS.

L’optique n’est visiblement pas tropicalisée, j’aurais apprécié la présence de quelques petits joints d’étanchéité juste pour le rassurer en cas de petite pluie (je vis en Belgique,…).

De plus, le processeur du X-T1 corrige efficacement les images. Quel confort pour la post production !

X-T1 – 55-200mm @ 200mm – f/3.6 – 1/80 – ISO200

Mise au point

En balade, paysage et même en portrait posé et même en reportage, pas de problème le Fuji 55-200mm remplit facilement sa tâche discrètement, en silence.

Avec les sujets très rapides il faut être un peu plus prévoyant mais rien de grave, c’est tout à fait dans la norme et c’est parfaitement utilisable mais j’ai parfois quelques ratés ou une petite lenteur. Difficile de dire si c’est dû à l’optique, au boitier (X-T1 avec firmware 5.20) ou à ma maladresse. J’ai plus facilement recours à la rafale pour ce genre de sujets mobiles afin d’assurer les résultats.

Je n’ai jamais testé la mise au point manuelle, je n’en vois pas l’intérêt sur ce genre d’objectif.

 

X-T1 – 55-200mm @ 200mm – f/4.8 – 1/80 – ISO200

 

Conclusion

Le Fujinon XF 55-200mm f/3.5-4.8 R LM OIS remplit parfaitement la tâche que je lui confie. Il est bien construit et donne des résultats exceptionnels qui compensent largement les petits ratages de mise au point. Ce n’est pas une optique bas de gamme et ce n’est pas du tout une optique de kit comme son range pourrait le faire penser. On se situe entre le kit et le zoom pro ouvrant à f/2.8. Je l’ai acheté pour m’accompagner dans mes balades légères et pour les vacances, mais je me suis pris au jeu et je l’utilise de plus en plus en reportages quand je sais que je ne devrai pas affronter des conditions lumineuses difficiles ou des conditions météorologiques pluvieuses. Les résultats obtenus sont de niveau professionnel et n’ont pas à rougir face à mon 70-200mm FX bien au contraire.

X-T1 – 55-200mm @ 200 – f/3.6 – 1/350 – ISO200

J’ai aimé

– qualité de construction solide et faite pour durer

– qualité d’image superlative, de niveau pro

– prise en main

– la stabilisation

J’ai moins aimé

– la bague du zoom qui s’use rapidement

– l’AF parfois un peu lent

– l’amplitude de la bague de zoom qui pourrait un peu plus courte

 

 

5 thoughts on “Test – Fujinon XF 55-200mm f/3.5-4.8 R LM OIS

  1. Belles images pour montrer les capacités de cet objectif.
    Je viens de l’acheter, et je suis très satisfait de ses qualités. Côté  » j’aime moins  » j’ajouterai qu’il se déploie tout seul dès qu’on le transporte à l’épaule (donc logiquement tête en bas , pour un objectif de cette taille) . Dommage quand même.
    Curiosité pour cet objectif : Le (petit) bruit que l’on entend quand on le renverse… comme si on versait un contenu. On dirait un élément qui coulisse ? mystère .
    Cordialement. GERARD

    1. Merci pour votre commentaire Gérard. En effet, c’est un défaut de ces zooms à mouvement externe, avec le temps le système de freinage se relâche. C’est en effet assez gênant.
      Je pense que le petit bruit que vous entendez provient du système de stabilisation qui bouge lorsqu’il n’est pas sous « tension », rien de grave mais toujours stressant 😀
      Mika.

    2. Le bruit dans l’objectif : sur certains objectifs, le groupe optique mobile qui sert à la mise au point glisse sur des rails de section circulaire et est mu par un champ électromagnétique (rapidité, continuité du mouvement donc précision accrue, absence de bruit, contrairement à un lien mecanique à vis d’archimède ou engrenages entre le groupe et le moteur). En fonctionnement, un champ magnétique maintient le groupe en place (inconvénient : consommation permanente pour le maintien, bague de mise au point manuelle électrique) . En l’abscence de tension, le groupe glisse librement sur les rails, d’où ce petit bruit qui donne l’impression que quelque chose est peut être cassé. Les fabricants devraient prevenir les utilisateurs de cette particularité… J’ai le même phénomène sur un Sigma ART 60mm F2.8 DN qui n’est pas stabilisé.
      Cela peut aussi être le groupe optique lié à la stabilisation, mais j’en doute. Habituellement, ce groupe compense des mouvements de tangage et de lacet qui sont des mouvements de rotation (pas des mouvements de translation horizontaux et verticaux comme peut le faire un capteur stabilisé), donc pas de pièce qui coulisse de manière linéaire. Ce groupe est généralement maintenu dans une position moyenne par des ressorts en l’absence d’alimentation électrique.

  2. Très heureux d’avoir lu ton avis sur cette optique. J’ai un Nikon D750 avec une panoplie de (belles) optiques et quand je dis « belles » que ce soit au sens photographique ou au sens fric mais aussi dans le sens que je fatigue maintenant très vite à force de faire des haltères…
    J’ai donc acheté un XT-2 (ma femme ayant un XT-1 et fait de très jolies photos).
    J’ai 73 ans et autant que je me souvienne j’ai toujours joué avec des Nikon depuis le 801 dans les années ’70 si ma mémoire est bonne.
    Et honnêtement mes images en Nikon sont meilleures qu’avec le T-2 ?!?!?? Mais peut-être aussi que je ne le maitrise pas assez bien avec toute cette électronique embarquée.
    Mais le poids du « gros » et ses accessoires commencent à se faire sentir. A tel point que souvent je sors sans matériel. (En Fuji je n’ai que le 18-55 mwouaiiiiiiiis et le 35 f/1.4 et là avec un autre niveau !!!)
    Je me posais la question entre le 50-140 et le 55-200 et la plupart des personnes sont ravies du 55-200 à les lire….
    Ton article est bien écrit. J’ai vraiment apprécié.
    Peut-être aussi un peu influencé par les photos de la Meuse à Jambes. 😉 (Je plaisante bien sur, j’ai vécu 25 ans à Huy).
    Merci pour tes commentaires bien mis en comparaison avec le 70-200 F/2.8 ( le II pour ma part et aussi un Sigma 24-105 Art qui est mon couteau suisse sur le 750)
    Bonne continuation.
    Très cordialement,
    Howen

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.